Rechercher
  • Carole Litot - BYP

Ma Vie, Ma Passion : Ariane Baffie, l'Artiste Peintre qui voit la vie en bulle!



Bonjour Ariane, peux-tu me décrire en quelques mots ce que tu fais ?

En quelques mots, c'est très difficile. D'autant plus que j'ai choisi la peinture car justement elle s'affranchit de tous les mots. Mais pour tenter de répondre à cette question simplement, je peins mes rêves avec le langage que je décrypte tout au fond de moi et qui m'est propre. Oui bon, c'est pas super simple comme réponse... Je fais des bulles, des bulles et encore des bulles, qui révèlent au final un portrait qui m'émeut pour diverses raisons.


Comment t'est venue l’envie de peindre?

J'ai toujours dessiné, depuis toute petite, comme beaucoup d’artistes.

Mais c’est à partir de l’âge de 20 ans, lorsque j’ai perdu mon père, que j’ai réellement commencé à créer et donc à dessiner et peindre les choses qui venaient de mon esprit. Avant je faisais essentiellement de la reproduction.

Quel était ton style avant celui-ci ?

J'étais plutôt dans le minimalisme, j'essayais de reproduire une attitude avec le moins de traits possible, suggérer au maximum pour qu’ensuite on puisse extrapoler comme on le souhaite. Mes thèmes de prédilection étaient la danse, le cirque, la femme.


Comment t’est venue l’idée des ronds ?

Par hasard (rire)

Non pas vraiment par hasard car le processus est continuellement en train d’évoluer, il n’y a pas toujours de décision consciente quand on change.

J'avais entamé un travail de texture de fond et dans ma quête de courbes parfaites, la bulle était idéale. J’ai donc commencé à en mettre un petit peu. Puis un jour, j ai décidé de façon beaucoup plus radicale de me tester au portrait, chose que je n'avais absolument jamais faite auparavant.

En fait, le jour où j ai décidé de m'assumer enfin comme artiste, je me suis dit qu’il fallait que je me mette vraiment au travail et que je me confronte à des choses que je n'avais jamais faites.

Je ne cherchais pas à faire quelque chose de très précis. Les bulles se sont imposées d'elles-mêmes. Elles m'ont permis de travailler le grossier, le lâcher prise et de ne pas essayer de contrôler.

Avec mes lignes, c’était énormément de concentration, de précision et là je voulais explorer l'opposé, que ce soit beaucoup plus explosif.


Tu fais tout de même des visages bien précis...

Oui et non. La première fois que j'ai réalisé un portrait, je ne cherchais pas la précision, le but était de maîtriser le moins possible. Par la suite, j'ai eu l'envie de creuser la représentativité, et donc d'être plus précise. Mais ça reste une approche grossière car on ne voit pas les détails, ce sont comme de gros pixels.

Je vois que tu représentes souvent la femme, pourquoi la femme ?

Car elle est belle !! ( rire)

J’ai fait quelques hommes mais très peu c'est vrai. J’aime beaucoup représenter la femme car j ai beaucoup de mal à me considérer comme femme et de ce fait, je travaille un peu sur mon objectif, sur mon idéal. C’est vrai que je peins souvent des femmes très féminines.


On peut dire que c’est ton idéal de femme que tu représentes ?

Pas forcément comme je me vois moi si j'étais pleinement une femme assumée, mais par contre c'est ce que je vois en elles qui me plaît, le fait qu’elles assument pleinement, c'est ça que j'aime.

Je ne serai jamais la même femme qu’elles, c'est évident. Mais j'aime ce qu’elles véhiculent.


As-tu d’autres thèmes en prévision pour l’avenir?

Il y aura sans doute de la zénitude , je ne sais pas encore si ce sera aussi cliché que des bouddhas même si j’ai prévu d'en faire mais ce sera passager. J’aimerai surtout aboutir à peindre de la joie par exemple, des émotions pures.

Quand j’arriverai à peindre la joie, j'aurais atteint un de mes objectifs. Je me laisse le temps d’y arriver.


Quelle est la principale difficulté que tu rencontres lorsque tu peins ?

La principale difficulté que je peux rencontrer c'est le manque de but précis.

Quand par exemple je n'ai pas une expo de prévu pour laquelle je peux réfléchir à tout un ensemble, une série, une mise en scène. C'est vrai que j'aime bien réfléchir au global et lorsque je n'ai pas ça, c’ est vraiment juste un tableau parmi d'autres et là il y a un peu de frustration qui vient .

Lorsque je fais une commande, c'est très sympa par contre. J'aime beaucoup cet exercice périlleux.

De toute façon, rien que le fait de peindre me rend déjà super contente.


Tu viens de me parler de commandes. Est-il possible de te faire une commande précise ? Acceptes-tu toute sorte de commande ? Ou tiens-tu comptes aussi de ce que tu aimes faire ?

Je prends des commandes que je réalise en général à partir de photo et que je reproduis dans mon style. C'est en totale concertation avec le client. J'aime beaucoup essayer de comprendre ce qu'il aime et trouver un terrain de jeu commun.

En général, je demande plusieurs photos de la personne à peindre (s'il s'agit d'un portrait) ou plusieurs mots clés (s'il s'agit de lignes), je fais une sélection de mon coté car il faut vraiment que ça me parle, puis je discute de ma proposition avec le client.


Livres-tu partout en France ?

Oui et aussi à l’étranger.


J'ai vu que tu ne faisais pas que des tableaux mais aussi d'autres déclinaisons de ton art...

Oui je fais également des fresques.

J‘ai déjà réalisé des fresques sur des murs de chambres d’hôtes mais aussi dans un Club House d’un centre hippique avec des dimensions assez variables. Tout se fait en concertation avec les propriétaires des lieux qui me missionnent, on choisit un thème ou alors ils me laissent le champs libre et m’expliquent un petit peu comment ils vivent. J'explique mon projet avec des croquis.

Je viens peindre directement sur place pendant quelques jours. Le nombre de jours va dépendre de la taille et de la complexité du modèle. Il faut compter 1 à 2 semaines pour une chambre à peu près avec mes bulles. C'est beaucoup plus rapide avec mes lignes.


As-tu un message que tu souhaites faire passer à travers tes tableaux ?

Peu importe ce que je peins, ce que je cherche surtout c’est d'aller remuer au fond des tripes et rechercher ce que j'ai de plus sincère au fond de moi pour le mettre dans ma peinture. Mais c'est complètement décorrélé du sujet que l'on peut choisir et de la technique qu’on peut utiliser. C’est se mettre à la peinture avec toute la confiance en se disant que ce qu’on a à apporter peut être intéressant et que ça peut embellir le monde. C’est toute cette quête-là dont on n'a pas conscience au début lorsqu’on commence à peindre mais qui se creuse au fil des années.

Ma mission c'est de me sentir pleinement artiste car il a toujours des moments de doute, des aléas, des gens qui te mettent des freins. C’est continuer à se faire confiance, c'est une jolie lutte je trouve.


As-tu un rituel lorsque tu peins ?

Je m'allume toujours une bougie, je fais brûler un peu d’encens, je me mets au calme.

Quand je m’attaque à une nouvelle pièce, je suis toute seule. Je médite, puis je me mets souvent de la musique très poétique, comme Grand Corps Malade, Asaf Avidan, du piano classique, ou encore de la musique de relaxation. J'ai mes périodes. Il faut que ce soit de la musique faite par des gens que je considère comme des artistes très inspirés, qui véhicule quelque chose de très profond, ça m’aide à me mettre dans la sphère de création.


Par rapport à ton expérience d’artiste, quels conseils pourrais-tu donner à un jeune artiste pour l’encourager ?

Apprendre à ne pas laisser les autres dicter ce qu'il doit être et faire.

Essayer de trouver sa propre réponse en toute franchise et c'est là que c’est difficile. Etre honnête avec soi-même: savoir ce que j’ai vraiment envie de faire, ce qui me parle, dans quoi est ce que je me retrouve vraiment moi en tant qu’être à part entière et moi en tant qu’artiste.

Il n'y a que l’intériorisation qui peut répondre et c'est le cœur qui parle, il faut apprendre à l’écouter. Pas forcément se jeter tête baissée en se disant : oui je suis une artiste etc.

Il faut sentir que ça résonne en nous. Par contre, il ne faut rien lâcher, il faut le faire sérieusement et le faire le plus sincèrement possible.

Il faut également avoir beaucoup de courage, surtout beaucoup de courage.


As-tu un leitmotiv à véhiculer ? Ou une phrase d un auteur que tu apprécies ?

« Qui vit sans folie n'est pas si sage qu’il croit »

Je m'y retrouve souvent et ça m’a beaucoup aidé à garder l’étincelle. Il faut cultiver absolument ce grain de folie. Tomber dans des stéréotypes, ça veut dire mourir pour moi.

Vois-tu autre chose à rajouter ou un message que tu souhaiterais faire passer ou quelque chose qui te tient à cœur ??

Je vous aime !!!!!! (rire)

Venez découvrir toutes les Merveilles d'Ariane sur son site internet:

http://www.arianebaffie.com/

et sur sa page Facebook :

https://www.facebook.com/ArianeBaffie/


.

#Reportageentreprise #ReportagePhotos #Photographetoulouse #Photographe #Peintre #Artiste #Ariane #ArticlePresse #Photos #BeYourselfPhotographie #Toulouse #Peinture #ArtistesToulousains #ArianeBaffie

Be Yourself Photographie - 07.83.94.65.18 - beyourself-photographie@outlook.fr

Siège social : 3 chemin du Pigeonnier de la Cépière Bât C – 1er étage 31100 Toulouse - Siren : 424 845 949

© 2017 par Caro Li. Créé avec Wix.com