Rechercher
  • Carole Litot - BYP

So Free : le coaching qui vous donne des ailes !

Mis à jour : 22 mai 2019




Bonjour Sarah,

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ce qu’est le métier de « Coach » ?

Je suis coach en développement personnel et professionnel, et travaille essentiellement sur la Communication, la Confiance en soi, et la Connexion à soi et aux autres.

Le métier de coach consiste à accompagner les personnes vers ce qu’elles ont vraiment envie d’être, de mettre en avant tout leur potentiel pour les aider à atteindre leurs objectifs de vie.

Quelle formation as-tu suivi pour devenir coach ?

Lorsque j’ai cherché une école, je voulais à tout prix une formation certifiante. J’en avais cherché en France pendant des semaines mais je n’avais rien trouvé qui pouvait me correspondre.

C’est à ce moment-là que je me suis dit que ce serait mieux de trouver une formation en Angleterre, dispensée dans ma langue maternelle, car j'allais me (re)connecter à mes valeurs, mes croyances et mon être profond.

J’ai donc suivi ma formation auprès d’un organisme qui se nomme « Simply Changing ».

C’est une formation d’une durée de 6 mois avec plus de 500h d’enseignement. Elle est reconnue par l’ICP, International Council of Psychotherapists, une association internationale de thérapeutes devant attester d’une certaine expérience, rigueur et connaissance, et s’engager à être supervisés par un autre thérapeute de façon régulière.

J’ai été formée pour intervenir auprès des particuliers mais aussi au sein des entreprises pour coacher des équipes et/ou des managers. Pour l’instant, je me consacre aux particuliers.

C’est une formation très complète qui allie théorie et pratique.

A son issue, nous avions un mémoire à écrire relatant les expériences que nous avions vécues lors de nos 18 coachings « obligatoires » lors de la formation, ainsi que les exercices et techniques que nous avions l’habitude de mettre en pratique.

Il y a un très bon suivi : par exemple, après chaque séance de coaching, nous devions faire un retour par écrit que nous transmettions à l’organisme. Nous avions un retour immédiat des formateurs pour nous conseiller et nous aiguiller pour améliorer notre pratique. Trois des séances ont également été filmées, puis analysées pour voir notre posture de coach. Tout est fait dans une logique de bienveillance.


Qu’est-ce que cette école avait de plus ?

Le nom me plaisait déjà beaucoup : « Simply Changing » peut se traduire par « se transformer simplement », sans compter le programme qui me paraissait très sérieux et leur façon de procéder intéressante.

Ils sont dans une optique de non jugement et ont un regard positif et inconditionnel sur l’autre. Ils mettent la personne au centre du coaching, et ça, ça m’a beaucoup plu. Nous sommes vraiment là pour accompagner l’autre.

Le contact humain de cette école m’a également aidé à prendre ma décision. C’est ce qu’il y a de primordial dans le coaching, donc c’était important que l’école dans laquelle j’irais travaille dans ce sens.

Ils ont une belle approche humaniste du coaching.

En quoi consiste les 3 « C » dont tu m’as parlé tout à l’heure ?

Je me suis rendue compte au fil des séances que ce sont toujours ces 3 notions qui reviennent.

  • La Confiance en soi, peu importe la problématique pour laquelle on me contacte, c’est souvent la confiance en soi qui est au centre de la difficulté.

  • Savoir Communiquer: pas seulement avec les autres mais aussi avec soi-même. Nous avons parfois du mal à s’écouter, à bien se parler pour pouvoir avancer mais aussi à faire ce qu’il faut pour nous.

  • D’où le 3ème « C », la connexion à soi : aller au fond de nous-mêmes et puiser dans nos ressources très souvent insoupçonnées, ou enfuies. La reconnexion à soi-même permet de s’ouvrir et de mieux se connecter par la suite aux autres.


Comment t’es venue l’envie d’exercer ce métier ?

Ce métier m’est venu assez facilement.

Je suis formatrice en anglais et ce depuis 27 ans maintenant. C’est d’ailleurs un métier que j’exerce toujours en parallèle du coaching.

Ça faisait quelques années que certains étudiants venaient me voir à la pause, pour me parler de leurs problèmes afin que je les épaule, ce que je faisais avec plaisir. Ça m’avait déjà mise sur la piste d’aider les gens à avancer dans leur vie. C’est ce que je voulais faire.

Et le coaching est arrivé à un carrefour de ma vie, à une période où je ne savais plus qui j’étais au fond de moi.

Cette formation m’a permise de m’éclairer là-dessus, car nous en apprenons d’abord beaucoup sur nous-mêmes tout au long du cursus. Cette formation m’a conforté dans ce que j’étais et voulais faire. Puis j’ai commencé à coacher des gens en individuel et proposer des ateliers.

Je sais que je suis à ma place maintenant.

C’est vraiment ma mission, bien plus qu’une vocation.

J’aime ce que je fais et je cherche en permanence à évoluer dans ce domaine. Je viens de me former à l’EFT, Emotional Freedom Techniques, car c’est une méthode qui m’a aussi beaucoup aidé et que je souhaite intégrer dans mon coaching.

J’ai également des envies d’écrire des livres, de faire des conférences. Ma première conférence lors d’un festival de bien-être à Muret, au sud de Toulouse, abordait le thème de la confiance en soi.


Qu’est ce qui, à ton avis, te différencie des autres coachs ?

Ma première spécificité est que je sois bilingue. Je parle couramment l’anglais car je suis anglaise d’origine. Je suis arrivée en France il y a 28 ans. Je peux donc proposer le coaching dans les 2 langues.

J’ai également un certain vécu qui me permet d’avoir le recul nécessaire pour bien appréhender les sujets que mes clients souhaiteront aborder avec moi.

Bien entendu, il n’est pas question de transfert, mais cela aide à une meilleure compréhension des situations.

Je suis également une personne très intuitive, j’ai toujours été portée vers les autres et j’ai beaucoup d’empathie. Cela m’aide à choisir les exercices, les outils et les techniques les mieux adaptés à la situation et à la sensibilité de mes clients.

J’ai une grande écoute active. J’arrive à retenir les mots clés qu’utilisent les personnes afin de mieux les retransmettre.

Et surtout, je ne suis jamais dans le jugement.

Il faut savoir que j’ai également appris les bases de la PNL lors de ma formation, ce qui est un outil supplémentaire que j’utilise régulièrement lors de mes séances.

Qu’aimes-tu le plus dans ton travail ?

Ce que j’aime avant tout, c’est de voir l’évolution des personnes qui viennent me voir et comment ils arrivent à reprendre leur vie en main. En 6 séances, je vois déjà les personnes complètement changées. J’apparente cela à une chenille qui évolue en papillon.

C’est même plus qu’une évolution, c’est une transformation qui peut d’ailleurs être assez radicale par moment selon les personnes.

Comment se passe une séance de coaching ?

Je vois toujours les clients une première fois lors d’une pré-séance, pour que nous fassions connaissance l’un de l’autre, et que j’explique ma démarche.

Nous remplissons ensemble un questionnaire de pré-coaching sur leurs motivations, les problématiques qu’ils peuvent rencontrer, pourquoi ils viennent me voir, …

Cela me permet de poser les bases du coaching.

Et si nous sommes d’accord, nous commençons les séances.

Ça peut être dès le lendemain, ou le mois qui suit; je m’adapte au rythme de la personne.

Les séances peuvent se faire en face à face, par Skype ou par téléphone mais je préfère privilégier le contact humain. Il y a beaucoup plus de choses qui s’en dégagent, je peux plus facilement ressentir la personne, les énergies.

Ceci dit, j’ai déjà coaché une personne par téléphone ; c’était vraiment une écoute hyper active, et j’ai également eu de supers résultats avec elle !!

Il faut prévoir 1h, 1h15 par séance.Le nombre de séances est libre, selon les envies et besoins de mes clients. Je suis là pour les accompagner, les aider à sortir de leur zone de confort, les écouter jusqu’à ce qu’ils atteignent leurs objectifs.


Quels conseils pourrais-tu donner à une personne qui souhaiterait également devenir coach ?

Déjà de trouver l’organisme qui lui corresponde, car nous sommes tous différents avec des besoins, des attentes différents.

Prendre le temps de chercher, prendre tous les renseignements nécessaires.

Pour réussir, il faut vraiment aimer accompagner les personnes. Je précise bien ACCOMPAGNER et pas conseiller, car le coaching n’est pas du conseil, mais bien de l’accompagnement.

Ceci passe essentiellement par de l’écoute, et la reformulation des propos de la personne en utilisant ses propres mots. Je lui pose des questions afin de la pousser plus profondément dans son processus de réflexion.

C’est la personne qui, par la réflexion, va trouver petit à petit sa voie. Elle est seule responsable de son évolution.

C’est par un principe de questionnement que tu vas faire avancer la personne ?

Oui, c’est ça.


Qu’est-ce que tu souhaites transmettre en faisant ce métier ?

Je souhaite montrer aux personnes qu’il n’est jamais trop tard pour changer et leur dire que nous pouvons tous se libérer de notre passé si nous sommes bien accompagnés.

« So Free », le nom que j’ai donné à mon activité de coach, veut dire « Si libre ».

Pour moi, c’est l’évocation de la chenille qui se transforme en papillon. On a tous des freins, des blocages, des choses qui nous retiennent. Quand on vient chez moi, on est un peu chenille, on tâtonne, et à la fin, on est transformé, on est un beau papillon prêt à prendre son envol !

Le coaching met le doigt sur les ressources positives de la personne, afin de les mettre en action pour les aider à avancer.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur les ateliers que tu animes ?

Je propose des ateliers une fois par mois sur des thèmes tels que : le lâcher prise, transformer ses croyances limitantes, définir ses priorités, fixer ses objectifs, prendre la parole en public, ...

Je les ai mis en place afin de donner un petit aperçu du coaching que je propose, pour réunir des personnes qui souhaitent avancer sur ces thèmes-là. Il y a toujours une très belle dynamique, car les personnes qui viennent sont demandeuses, ont envie d’en savoir plus et de s’améliorer.


Au début, les personnes arrivent avec des interrogations et puis, elles repartent avec une boîte à outils, des exercices, des techniques. Ca peut être de la visualisation, des exercices de coaching, des techniques de respiration, des petites choses à mettre en place qu’elles pourront utiliser au quotidien.

Il y a entre 4 à 20 participants par atelier.

Le dernier qui a eu lieu était « Comment mieux communiquer avec soi-même et les autres ».

Que pourrais-tu conseiller comme livre à des personnes qui souhaiteraient faire un premier pas vers le développement personnel?

«Transformez Votre Vie » de Louise Hay. C’est un livre qui est tellement simple et profond à la fois. On peut le lire de plusieurs façons, soit comme un roman de A à Z, soit le chapitre qui nous intéresse, soit prendre le livre et l’ouvrir au hasard. Je pense qu’on tombe toujours sur la page qu’il nous faut à ce moment-là, sur le message qui nous est destiné.

Et pour aller plus loin, je conseille « Pouvoir Illimité » d’Anthony Robbins, qui explique comment changer sa vie grâce à la PNL.

Je pense que ce sont les 2 livres à lire pour commencer.


As-tu un Leitmotiv’ dans la vie ?

Aider un maximum de personnes à réaliser leur potentiel, à savoir qui elles sont vraiment pour qu’elles puissent vivre la vie dont elles rêvent et la vie pour laquelle elles sont nées. Je crois que chaque personne est née avec une mission. Il y en a qui le savent très tôt, d’autres qui ne le sauront que plus tard, et d’autres qui l’ignorent toute leur vie.

Je suis là pour les aider à découvrir leur mission de vie.

Qu’aimes-tu faire comme activité en dehors de ton métier?

J’adore lire, être dans la nature et faire des randonnées.

Je me suis remise à la salsa il y a 2 ans et j’adore ça. La salsa, et même la danse en général, permet vraiment de s’exprimer autrement. C’est très bénéfique pour le corps et l’esprit.

J’ai d’ailleurs découvert très récemment la biodanza, qui est littéralement la danse de la vie.

Le but est de ressentir la musique et de bouger son corps en fonction de ses propres ressentis. Cela permet de se connecter à soi-même.

On y retrouve les 3 « C » dont je parlais tout à l’heure : Communication, Connexion et Confiance.

J’aime aussi écouter la musique d’ambiance telle que « Café Del Mar », et les musiques des années 80.


Un petit mot de la fin à transmettre ?

Ne jamais se décourager.

On peut tout traverser.

Il y a toujours quelqu’un qui est là pour vous aider, et je suis cette personne qui va vous tendre la main, qui va prendre le temps nécessaire pour vous accompagner dans votre cheminement vers la vie que vous souhaitez.

Vous pouvez retrouver Sarah Haté sur son site internet :

www.so-free.life

Et suivre ses dernières news sur sa page Facebook :

Sarah Haté - So Free Coaching France


#Entreprise #Reportageentreprise #reportageEntrepriseToulouse #ReportagePhotos #Toulouse #Photographetoulouse #photographeprofessionneltoulouse #photographeentreprisetoulouse #Coaching #Sofreecoaching #SarahHaté #bienêtre #bienêtreToulouse #développementpersonneltoulouse #développementpersonnel #biendanssapeau #Psychologietoulouse #psychologie #leadership #management #connaissancedesoi #prisededécision #estimedesoi #confianceensoi

Be Yourself Photographie - 07.83.94.65.18 - beyourself-photographie@outlook.fr

Siège social : 3 chemin du Pigeonnier de la Cépière Bât C – 1er étage 31100 Toulouse - Siren : 424 845 949

Mentions légales 

© 2017 par Caro Li. Créé avec Wix.com